Empreintes, sous la direction de Yannick Beaubatie, 2004.

29 euros

Sur la pierre ou dans la poussière, sur les parois, la peau, l'écorce, les toiles, la langue, sur tout ce qui s'expose et tend à envelopper le monde, nous croisons des empreintes. Effet plus ou moins durable, mouvant et imprévisible de ce qui advint, d'une rencontre, du poids des choses, des corps et des mots, elles nous révèlent en même temps le passage et l'absence, l'existence et la disparition, nous contraignant immanquablement à construire en nous ce qu'elles semblent impliquer : rien moins que le temps.

Ces empreintes ne peuvent se résoudre à de simples signes, elles invitent toujours à inventer, à fabriquer l'au-delà dont elles sont parfois le fruit hasardeux ; traces faites pour déceler et receler, pour produire et partager du sens, ce sont elles peut-être qui nous auront quelque jour, sur des pistes de sable ou dans le ciel, appris à lire. Et parce qu'elles fondent, qu'elles donnent lieu, qu'elles préservent, soit artifice, soit nécessité, le monde comme énigme, elles ont aussi toujours partie liée avec la poésie.


Page d'accueil